Back to list

Added Mar 16, 2017

Moins de députés = moins de démocratie, n'est-ce pas E. Macron ?


C'est une autre promesse d'Emmanuel Macron - possible futur président de la République d'ici à un mois bientôt : réduire le nombre de circonscriptions électorales et le nombre de députés.
L'anti-parlementarisme étant dans l'air du temps, ce discours plait à l'électorat. Et M. Macron veut continuer à plaire pour se faire élire.
Parmi les arguments employés, il y a l'exemple souvent donné des Etats-Unis qui, au Congrès de Washington, disposent de 345 députés et 100 sénateurs pour une population de 324 millions d'habitants.
Les détracteurs du parlement à la française pointent le nombre de nos parlementaires : 577 députés et 345 sénateurs pour 67 millions d'habitants.
Je le dis tout net à ces détracteurs - en premier lieu François Bayrou, patron du MoDem, et soutient maintenant E. Macron et se trouve en situation de l'influencer pour capter les voix centristes : ces comparaisons sont fausses, mensongères.

Les institutions démocratiques aux USA ne sont pas comparables à celles de la France. On le voit pour l'élection du président américain : malgré une position majoritaire en voix sur l'ensemble du pays (plus de 2 millons de voix sur son rival), Hillary Clinton a été battue par Donald Trump. En France, une seule voix de différence aurait suffi pour désigner le nouveau locataire de l'Elysée.

Aux USA, la démocratie est à deux niveaux : fédéral (pour la totalité des Etats de l'Union), et Etat par Etat (exemple : la loi sur la peine de mort s'applique dans certains Etats et pas dans d'autres). Chaque Etat dispose de son propropre parlement, avec deux chambres distinctes : députés et sénateurs. Avec un moyenne de 80 députés par Etat, et 50 Etats membres de l'Union, cela fait 5.000 députés en tout.
C'est aussi ces chiffres : au USA, 1 député pour 80.000 habitants. En France : un député pour 110.000 habitants.
Conclusion : comparativement aux Etats-Unis, les Français sont sous-représentés là où les lois sont écrites et votées.

Le "projet Macron", sur ce point est une fausse idée. Les futurs députés d'une France redécoupées (charcutée ?) à l'avantage du futur président Macron seront sur des circonscriptions plus étendues. Les électeurs ne sont donc pas proches de  voir "son" propre député, ou d'obtenir de lui le moindre rendez-vous à cause d'agendas surchargés et de journées qui ne feront jamais plus de  24 heures.
Passer de 110.000 électeurs par circonscription à 150.000 ne facilitera pas leur tâche.
Cette "réforme Macron" c'est le plus mauvais service rendu à la démocratie qui risque de se préparer.

Jérôme Dufay, plasticien
 

 

Powered by Artmajeur